Partagez
Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 10
Points de Réputation : 15
Date d'inscription : 17/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Évanoui...

le Mar 24 Juil - 20:14
Après avoir dit au revoir à Ounka, je m'avance vers le grand portail argenté, décoré d’améthystes, du Palais de Pairies. Le grand toit en coupole de cristal scintille de milles feux sous le soleil agréable de ce matin. Après être brièvement passé dans un couloir aux murs de velours bleu ciel aux broderies rose pale, après avoir marché près de salles luxueuses et décorées, je me retrouve dans un long corridor avec une magnifique vue sur le grand jardin royal. Je refuse de m'arrêter pour regarder les belles plantes entretenues et colorées, ni les fontaines de marbre, ni les cascades chantant de continues mélodies sur les pierres taillées par le ruissellement de l'eau. Tout ça ne m'intéresse pas. Je veux juste revoir ma famille. Les colonnes bellement taillées font laisser passer le soleil pour atteindre mon plumage. Cette douce chaleur semble vouloir me brûler, et je sens des picotements cramant sous mes plumes noires de geais... J’accélère le pas, impatient de revoir ma mère et mes sœurs, et voulant échapper à cette chaleur qui me fait du mal...

"Hey !!! Gaga !"

Je l'avais entendu derrière moi. Je me retourne, un léger sourire forcé aux lèvres, le cœur un peu plus léger que d'habitude.

"Inka ! Je t'avais dit de ne pas me donner de surnom ridicule ! Comment ça v-... va ?"

Il n'y a personne ? Je tourne la tête à la recherche de ma sœur.
Personne
Je tente de l’appeler.
Rien
Tant pis, j'ai du rêver... Je recommence à marcher le long des dalles grisées par ma fatigue... Il fait si chaud... Le soleil veut vraiment que je finisse carbonisé... Je finis par prendre un tournant vers une salle à l'abri du soleil.
Dedans, je suis frappé par le froid, pas désagréable au début.
Je regarde mes plumes, elles ont l'air d'avoir pris la poussière... Non... Le charbon.
En regardant dans la salle, je remarque qu'il n'y a rien : c'est une grande salle, haute comme longue et large, les murs sales au pas possible me donnent la nausée, des cafards et autres insectes font leur vie dans cet endroit répugnant.
Mais il n'y a rien... Rien qu'un grand cœur... Noir... Enchaîné... Fissuré... Dessiné sur un mur, à contre jour d'une toute petite fenêtre... Sans lumière.
L'encre a coulé jusqu'au sol... Non, jusqu'à mes pattes.
Je tente de soulever l'une d'elle, mais elle reste comme attachée au sol.
Ma tête me tourne... Mais je n'arrive pas à basculer.
Pendant que les murs de la salle semblent disparaître sous mes yeux, devant un grand brouillard sombre, une silhouette se dresse de l'encre qui a coulé à mes pattes...
Quand il lève sa tête, je remarque qu'il n'a pas de visage, rien qu'un vide... Mais avec de fines pupilles rouges.
Il me fixe comme s'il s'apprêtait à faire pire que me tuer, le regard  assassin que cette chose me lance me devient insupportable ! Pourquoi me regarde t'il comme ça ? Qu'ai je fais ??
La créature noire ouvre une grande gueule aux crocs acérés d'un coup, et une coulée noire se déverse en un grand bruit sur le sol et je tressaille.

"Tu... Ne, te, souviens-pas ?"

La voix... Elle vient du monstre... Cette voix sifflante dans un concert de flûtes macabres me donne la chair de poule encore plus que son simple regard... La mort me transperce comme une lame aiguisée de rasoir tue un pantin sans aucune défense... Je crache du sang, je suis tétanisé, je ne peux pas bouger... Je ne peux pas bouger...
Pli-plic... Ploc.. Ploc... Plplic... Ploc-c...
Les goutte-mens désorganisés du sang et de la matière sombre dans la gueule béante de cette chose ne s'arrêtera donc jamais ?
J'ai si mal...
Mes larmes tentent de couler, mais je les ai déjà toutes pleurées...
Rien qu'un filon rouge ruisselle aux coins de ma bouche.
Quand je réussi enfin à cligner des yeux, l'horreur que je vois me fais crier de terreur.
Des milliers de créatures, étalées au sol, trempées dans la douleur... Et surtout, en haut de ces dunes de morts...
Toute ma famille est là... Tous leurs cadavres sanglants...
Il y a aussi Ounka...
Ma mère et elle lèvent un peu leur tête à moitié décapitée et disent, en accord avec le monstre, d'une voix souffrante, déçue, et méprisante :

"Tout ça... Est... Ta Faute..."

Je hurle de toute ma gorge abîmée est emplie de rouge empestant la crève...
Je me démène, la créature s'approche...
Elle est toute proche...
Mes frères tremblent dans leur dernier moments de vie...
Devant moi...
Je sens son souffle puant...
Ses écailles rougies...
Son plumage arraché...
Ses yeux enragés...
Au dessus de moi...
De sa gueule, le venin obscur coule à flot et me recouvre...
Je ne peux plus respirer !
J'essaie de remonter à la surface, mais mes pattes restent encrées dans le sol...
Je ne vois plus rien !
Quelque chose me frappe la nuque et ma tête bascula en avant. Je découvre la face en lambeaux de Ounka, un œil pendant, les joues découpées et arrachées en son sourire éternel... Elle semble me regarder avec haine de son œil unique, globuleux, sans vie...
On me parle derrière moi... C'est lui... Le démon de l'horreur...

"Pourquoi as-tu si peur ? Je suis toi, tu ne devrais pas être si terrifié !"


Je veux mourir !
Je ne suis pas ça !
C'est pas possible !
Je n'ai jamais fais de mal à tous ces gens !
Je n'ai jamais voulu !!
Mon sourire m’apparut devant moi, mes yeux rouges, ma soif de voir la mort partout... Géante...
Je vomi tout ce que j'ai de sang jusqu'à ce que je m'éteigne, la dernière image que je vois, est mon visage horrible... De démon...




Soudain je me retrouve dans une salle aux murs blanc. Une griffonne grise de petite taille se penche sur moi d'un air inquiet. Je m'étais réveillé en sursaut, je suis en sueur, mes yeux sont écarquillés et tous mes muscles contractés. Je sens une odeur de plantes, du pavot de Californie est posé dans un récipient de cristal près du lit. La petite femme qui est là tient une poignée de ce végétal entre ses fines griffes.


(je me suis faite un kif, j'ai fait un petit dessin xD)

En me voyant réveillé, je remarque sa bouche se pincer et ses yeux verts s'écarquiller, contrastant avec ses joues rougies sous ses petites plumes argentées. Elle se redresse d'un coup en serrant les remèdes dans ses poings. Sa bouche forme un O sous la surprise et elle commence à bégayer :

"Oh ! S-Sa Grandeur Nyhouk IV, vous êtes réveillé ! Hum ! Hum ! Euh......"

Sa petite voix tremblante résonne comme une clochette dans cette salle remplie d'objets en cristal. Je pose mes yeux azur sur elle, mon regard encore embrumé... Elle détourne le regard, gênée, et replace du bout des doigts quelques plumes folles de ses oreilles et demande dans un pépiement :

"S-Sa Splendeur voudrait que je fasse quelque chose ?"

L'information prit plusieurs secondes à arriver à mon esprit. Je tente de me relever mais jeune dame m'en empêche et me rallonge en piaillant :

"Non ! Sa Majestés Ounka a dit que vous devez rester vous reposer et vous as mis sous ma surveillance !
_ Ounka...
_ V-vous êtes un membre important dans la royauté et-..."

Elle avait fait tomber ses médicaments.

"Oh non ! Que suis-je maladroite ! Je suis désolée !!! Je vous amènerais d'autres ! Oh !"

Elle bouscule une étagère de son épaule écaillée de vert mousse et saute au sol pour rattraper une coupole d'argile teinte au dernier moment. Je souris un peu devant ce spectacle des plus ridicule. Elle repose l'objet à sa place et ramasse les plantes comme un coup de vent. En se retournant elle voit mon petit sourire. Au début elle a l'air de vouloir exploser de joie, mais elle se ravise et gonfle ses joues en boudant, rouge comme un rubis.

"Ne vous moquez pas de moi euh !"

Puis elle se retourne et trottine chercher précipitamment d'autres plantes.
Je regarde avec lassitude les tapisseries sur les murs... Des paysages luxuriants remplis de plantes de toutes sortes. Derrière la fenêtre ouverte, je peux entrevoir des parents nobles papoter de telles et telles choses... En tournant la tête un peu plus, je remarque une petite bague au mur de ma "chambre". On dirait qu'une région féerique entière s'y tient... L'anneau est en bois, cassé sur le haut formant des montagnes hérissées par milliers dans un profond cristal. Il y a des petites bulles dans celui ci, ainsi qu'une fleur blanche, encrée à l’intérieur du joyau. Quand soudain le Palais est momentanément plongé dans le noir par un gros nuage qui passe par là, je vois que la plante est photo-luminescentes. Comme si les fleurs de ce monde miniature sont recouvertes magie qui émet une enfantine lumière rose...



Ça ne me fait à peine écarquiller les yeux, c'est beau. Très beau même. Mais je ne ressens pas d'admiration... Je commence à fermer doucement les yeux, en quête de repos facile... Avant que je ne puisse terminer ce mouvement fatigué, la griffonne revient et prends le bijoux. Prête à me raconter toute son histoire, elle change d'avis et me tends de nouveaux pavots de Californie. Plus sure d'elle.

"D'après Ounka, vous êtes très fatigué. Et vous voir dormir m'a fait me demander s-si vous n'êtes pas anxieux... J'ai donc choisi ces plantes. Les pavots de Californie !"

Elle se redresse et explique les bienfait de cette plante au niveau de la santé, comme si elle récitait une leçon fièrement apprise.

"Ils calment et aident à se procurer un sommeil réparateur, diminuant l'anxiété. Aussi, il réduit les spasmes musculaires et légèrement la douleur(et n'affecte pas le toucher)."

Elle pose les fines pétales dans mes pattes et me conseille de les manger. Je ne voulais pas qu'elle me voit peiner à avaler ça... Je n'ai encore rien trouvé la dessus dans les deux grandes bibliothèques royales où je suis allé. Je n'arrive à rien avaler, c'est en partie pour ça que je mange toujours seul. Je regarde un instant les pétales, espérant que la jeune médecin parte.
Heureusement, elle a l'air d'avoir compris. Elle part calmement vers la sortie du cabinet médical, en silence. Les yeux fermés, attendant d'être seul, je l'entends s'arrêter d'un coup. Je lève légèrement les paupières et elle m'informe, avec le retour de sa timidité, mais amicalement :

"Et je m'appelle Hayza ! Hayza Morrinna ! Nouvelle médecin ici ! Contente de vous rencontrer !"

Elle rougi et parti en marmonnant des choses du genre "Quelle mal élevée ! J'aurais du me présenter avant !" et "J'aurais du faire plus attention ! Je suis en retard maintenant euh". Je laisse ma tête retomber tristement sur l'oreiller et prends une petite pétale. Je la mâche longuement avant d'enfin me décider à tenter d'avaler. Une boule désagréable dans ma gorge semble vouloir m'en empêcher, mais après une dizaine d'essais je réussi à la faire passer. Je fais de même pour toutes les autres plantes que Hayza m'a donné et puis j'attends... J'attends que le sommeil me rattrape... Je ferme les yeux, les mêmes scènes, encore les même scènes traumatisantes passent en boucle dans ma tête... Je voudrait tant m'en débarrasser... Mais je n'ai que ce que je mérite... Je voudrais partir avant de causer encore de la souffrance aux gens... Je-ne-suis-qu'un-bon-à-rien... Des larmes commencent à couler le long de mes joues et mon visage se déforme sous l'effet de la culpabilité. Je me met en boule et cache mon visage de mes grandes pattes. Je sens mes griffes se rétracter sur ma face. Je choisis de faire un dernier effort de les amener sur mes poignets, que je pourrais les orner de bracelets cachant toutes les blessures, et serre les dents priant pour que personne ne vienne me voir, mes larmes coulantes. Je ne vaut vraiment plus rien... J'ai tout gâché... Après deux longues heures à tenter de ne pas tomber dans la panique, tout devient flou et abstrait, et je sombre...



Dernière édition par Garock Nyhouk IV le Mar 31 Juil - 20:33, édité 1 fois
avatar
Admin
Messages : 12
Points de Réputation : 19
Date d'inscription : 06/06/2018
Age : 13
Localisation : Dans les cieux
Voir le profil de l'utilisateurhttp://terres-legendaires.forumactif.com

Re: Évanoui...

le Mar 31 Juil - 20:08
- Voici la chambre 6 votre majesté.

- Merci beaucoup, désolé du dérangement...

Je pousse légèrement la porte du bout du museau, une boule au ventre, sans écouté la réponse de l'infirmière.
Après m'être approchée doucement du lit tout en faisant attention de ne pas réveillée Garock,  je m'assis et le regarde avec inquiétude.
Normalement, j'aurais du être à la réunion trimestriel du royaume, mais je l'ai annulé pour rester au près de mon conseillé.
Je ne sais pas pourquoi, mais une douleur intense résonne au creux de mon estomac. J'espère que je ne suis pas tombé malade.
Pour passé le temps et essayée d'oublié ma douleur en chantant fredonnant doucement une musique.
Après avoir regardé l’ensemble de la pièce, je croise mes deux pattes, pose ma tête dessus et pousse un long soupir tout en fermant doucement les yeux.
Après quelques minutes, je m'assoupie jusqu'à sentir des mouvements autour de moi.

avatar
Admin
Messages : 10
Points de Réputation : 15
Date d'inscription : 17/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Évanoui...

le Mar 31 Juil - 22:12
Je n'avais pas rêvé. Ou plutôt pas fait de cauchemars. C'est une bonne nouvelle.  Serai-ce les plantes ? Sont elles aussi puissantes ? Voilà qui m'étonne ! J'ouvre doucement les yeux, soulagé...
Pendant que le monde tente à devenir plus net, je ressens un souffle chaud sur mon épaule. Je dois être encore mal réveillé... J'ai dormi longtemps, au moins 14heures, car en regardant le pendule je vis qu'il est 9heures. Alors que si mes souvenirs sont bons, on était en fin d'après midi la dernière fois que j'étais éveillé ! Attends... L'après midi ? Mais quand j’étais rentré avec Ounka le matin pointait !
Je me relève, soudain animé d'une nouvelle force. Quelle marmotte ! Il faut que je rattrape ce retard ! Et... oh ! J'ai raté le banquet royal ! Oh naaaaaaan ! Je serre les dents... Donc les vacances, je les garde ou je peux leur dire adieu ??
J'entends le souffle régulier de quelqu'un, comme endormi... Juste à côté de moi... Je tourne la tête, pensant d'abord à Hayza. Mais... C'est Ounka. Attends... OUNKA ? Je me sens rougir et la regarde, les yeux écarquillés.

Je regarde mes poignets, ils sont recouverts de lignes de sang séchés et elles font mal. Mon cœur bondit dans ma poitrine. Elle ne peut pas me voir comme ça ! Je me lève en silence... Et me dépêche d'aller chercher mes affaires pour couvrir ces vilaines cicatrices. Personne ne doit les voir, j'ai une réputation à tenir, je suis très haut dans la royauté ! Les gens compte sur moi et je ne doit pas montrer de signe de faiblesse !

Ounka commence déjà à se réveiller... Je prends une boite sous mon lit et prend quelques bijoux argentés. Je les met avec empressement, jette un coup d’œil vers la griffonne, j'ajuste les ornements, vérifie si elle est complètement réveillée, non.
M'assoie sur le lit et la regarde, si déstabilisé que l'émotion réussit à transpercer ma carapace pour apparaître sur mon visage. Me demandant "comment réagir si une reine s'endort à nos côtés". Je n'avais rien prévu... J'étais trop pressé pour cacher mes blessures... De plus j'ai toujours l'air aussi épuisé... Je n'avais rien pour mes cernes qui sont sûrement bien plus noires encore que mes écailles couleur de charbon... Je la vois ouvrir les yeux et je prie pour que tout se passe bien. Même si c'est sûrement sans espoirs...
Je chuchote :

"Bonjour, Majesté Ounka..."



Contenu sponsorisé

Re: Évanoui...

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum